09 apr
2003
Théâtre

Déjeuner chez Wittgenstein

RitterDeneVoss Déjeuner chez Wittgenstein

de Thomas Bernhard

mise en scène: Hans-Peter Cloos

Grande salle du 9 avril au 10 mai 2003 mardi, 19h du mercredi au samedi, 20h dimanche, 16h relâche le dimanche 15 avril

Location: 01 53 05 19 19 Plein tarif: de 26€ à 12€ Tarif réduit*: de 22€ à 6€ *Moins de 27 ans, plus de 60 ans, demandeurs d'emploi Tarifs Jour J: 18-27 ans et demandeurs d'emploi (50% de réduction le jour même, sur présentation d'un justificatif)

► Service de presse Athénée Théâtre Louis-Jouvet: zef - Isabelle Muraour & Marion Bihel Tél. : 01 43 73 08 88 - Mail: - P: 06 18 46 67 37

Athénée Théâtre Louis-Jouvet24 rue de Caumartin 75009 Paris Tél. 01 53 05 19 00 Fax : 01 53 05 19 01

RitterDeneVoss Déjeuner chez Wittgenstein

de Thomas Bernhard Texte français de Patrick Demerin mise en scène: Hans Peter Cloos décor: Jean Kalman/Elsa Ejchenrand costumes: Marie Pawlotsky lumière: Pascal Merat musique: Peter Ludwig assistant à la mise en scène: Philippe Beaulande

avec Catherine Rich - Ritter Edith Scob - Dene Pierre Vaneck - Voss

Production: Caligari Production En co-réalisation avec l'Athénée Théâtre Louis-Jouvet

«Quand Thomas Bernhard fait du théâtre -le théâtre dans le théâtre, ça devient tout de suite une comédie à la Fin de partie. Ce faiseur de théâtre ne peut faire autrement parce qu'il est un des rares humoristes de la langue allemande. Et spécialement là, quand il plaisante avec l'épouvante.

Il a besoin d'une mise en scène d'une extrême clarté, d'une légèreté joyeuse, en parfait équilibre entre la comédie grise et la tragédie souriante.

En 1984, Thomas Bernhard écrit RitterDeneVoss, du nom de trois acteurs allemands très célèbres dans leur pays, qui ont participé à la création de nombreuses pièces de l'auteur. En français, cela s'appelle Déjeuner chez Wittgenstein. Dene et sa sœur plus jeune, toutes deux comédiennes, vont chercher pour la énième fois leur frère, philosophe, à l'asile psychiatrique de Steinhof, pour le ramener à la maison dont ils ont hérité. Pour le guérir. La seule raison pour laquelle cette entreprise ne finit pas en catastrophe, est dûe à la météo: depuis trente ans, on sait dans la famille Worringer, que ce que l'on fait de mieux par un après-midi pluvieux, c'est…» Hans Peter Cloos

Thomas Bernhard (1931 - 1989)

Thomas Bernhard est né le 10 février 1931 à Heerlen (Hollande) de famille autrichienne. Elevé par ses grands-parents maternels (son grand-père, l'écrivain Johannes Freumblicher joua un rôle important dans sa vie et son œuvre), il entre en internat à Salzbourg. La maladie, une pleurésie qui devient tuberculose par contagion, est l'épreuve capitale d'une jeunesse marquée aussi par la musique. Il sort diplômé du Mozarteum de Salzbourg avec une dissertation sur Brecht et Artaud.

Toute sa biographie tient dans ses rapports difficiles avec la société autrichienne dont il dénonce l'ultra conformisme, bâtie sur le mensonge, victime et non complice de la sauvagerie hitlérienne: «l'Autriche est le plus grand théâtre du monde, c'est le théâtre même». La politique est donc omniprésente dans l'œuvre de Thomas Bernhard comme en témoigne La Société de chasse (Die Jagdgesellschaft, 1974), Le Président (Der Präsident, 1975) ou Les Célèbres (Die Berühmten, 1976). Avant la retraite (Vor des Ruhestand, 1979) théâtralise le fascisme à travers un juge allemand qui célèbre en cachette l'anniversaire d'Himmler.

Un de ses premiers textes avait pour titre: La Montagne, spectacle pour marionnettes sous formes d'êtres humains ou d'êtres humains sous forme de marionnettes. Les hommes sont des marionnettes, des estropiés, des philosophes fous, des malades: la cantatrice de L'Ignorant et le fou (Der Ignorant und der Wahnsinnige, 1972) est atteinte de tuberculose, la «Toute-Bonne» de Une fête pour Boris (Ein Fest für Boris, 1970) est cul-de-jatte; le violoncelliste de La Force de l'habitude (Die Macht der Gewonheit, 1974) est atteinte de «faiblesse digitale»… «Ce qui peut être dit peut être dit clairement; et ce dont on ne peut parler, il faut le passer sous silence.». Cette réflexion du philosophe Wittgenstein a, en partie, amené Thomas Bernhard à éprouver une sorte de fascination-répulsion pour le théâtre que l'on retrouve en particulier dans Au but (Am Ziel, 1981), Le Faiseur de théâtre (Der Theatermacher, 1984), Minetti (1976), Les apparences sont trompeuses (Der Schein trugt, 1983): un théâtre de la catastrophique, de la répugnance, de la nécessité.

Thomas Bernhard meurt en 1989, en plein scandale de sa dernière pièce, Heldenplatz, du nom de la place (littéralement: la place des héros) où 250 000 Viennois firent une ovation à Hitler au lendemain de l'Anschluss. Dans son testament, il interdit la diffusion et la représentation de ses œuvres en Autriche pendant cinquante années.

Son œuvre est dominée par l'obsession de la maladie et de la mort, le désespoir inspiré par la réalité autrichienne, le refus de s'intégrer à cette société qui «ne comprend rien». Mais il y a aussi un effet de comique irrésistible basé sur l'absurde et l'humour noire «Tout est risible quand on pense à la mort»: le rire est donc un moyen de survie face à une insoutenable réalité. Source: Dictionnaire encyclopédique du théâtre, ss.dir de Michel Corvin, Paris, Larousse, 1998.

Repères biographiques

Hans Peter Cloos, auteur-réalisateur, metteur en scène Après avoir fréquenté le théâtre à La Mama et au Living Theatre de New York, Hans Peter Cloos suit à Munich les cours de la Schauspielschule du Kammerspiele. Il fonde à la même période le groupe théâtral le plus important de la République Fédérale d'Allemagne: la compagnie «Rote Rübe» (La Betterave rouge). Collectif de création et de production, la Rote Rübe est invitée en 1975 et 1976 au Festival de Nancy avec Terror et Paranoïa.

En 1979, il présente au Théâtre des Bouffes du Nord, «Die Dreigroschen Oper» (L'Opéra de Quat'sous de Brecht/Weill) et reçoit le prix de la critique. Antiréaliste et moderniste à la fois, Hans Peter Cloos cherche à répondre aux préoccupations actuelles en s'inspirant des nouveaux médias comme la vidéo utilisée pour Mercedes de Brasch (TNP, 1985), Le Radeau de la mort de Mueller (Bobigny, 1987et Le Malade imaginaire de Molière (Théâtre National de Chaillot,1990).

Hans Peter Cloos a su explorer et illustrer quelques œuvres-clefs du théâtre allemand contemporain des années 20 aux racines de l'écritures moderne, avec notamment Fleisser (Purgatoire à Ingolstadt, Théâtre de la Commune à Aubervilliers), Horvath (Casimir et Caroline, Théâtre National de la Région, Nord-Pas-de-Calais, 1982), Wedekind (Lulu avec Romane Bohringer, Théâtre National de Chaillot-1998), Brecht, Les Belles endormies de Kawabata avec Christian Boltanski (Festival d'Automne à Paris, 1997).

Hans Peter Cloos a aussi mis en scène des opéras (Euryanthe, Opéra de Carl Maria von Weber, Festival d'Aix-en-Provence, 1993, Elegie for young lovers, Opéra de H. Werner Henze, Städtische Bühnen Krefeld, 1990, Mahagonny, Opéra de Weill/Brecht, Théâtre des Bouffes du Nord, 1983) et monter des œuvres d'auteurs contemporains tels que H. Achternbusch (Mon Herbert, Odéon Théâtre de l'Europe, 1988), E. Jelinek, Heiner Muller (La vie de Grundling, Städtische Bühnen Wuppertal, 1988; Quartett, Schillertheater Berlin, 1988) et Harold Mueller (Totenfloss, Städtische Buhneen Krefeld, 1986).

Catherine Rich (Ritter) Au théâtre, Catherine Rich a notamment joué dans Le Zouave de Claude Rich, Audience et Vernissage de Vaclav Havel (mise en scène de Stéphan Meldegg), L'Astronome et Noces de sable de Didier Van Cauwelaert, Love de Murray Schisgal, (mise en scène de Michel Fagadeau), Le Vallon d'Agatha Christie, 24 heures de la vie d'une femme de Stephan Zweig, La Dame de chez Maxim's de Georges Feydeau (mise en scène de Bernard Murat) et plus récemment Dérapage d'Arthur Miller (mise en scène de Jérôme Savary), Le Sénateur Fox de Jean-Luc Tardieu (mise en scène de Luigi Lunari), La Ménagerie de Verre de Tennesse Williams (mise en scène de Christophe Thiry) et L'Homme du hasard de Yasmina Reza (mise en scène de Frédéric Belier-Garcia). Au cinéma, Catherine Rich a travaillé sous la direction de metteurs en scène tels que Julien Duvivier (La Chambre ardente), Jean-Pierre Mocky (Les compagnons de la Marguerite), Andrée Farwagi (Le Temps de mourir), Laurent Perrin (Buisson ardent), Bertrand Tavernier (Capitaine Conan).

Edith Scob (Dene) Au théâtre, Edith Scob a travaillé des textes de Duras, Adamov, Tchékhov, Rilke, Ibsen, Strindberg, Minyana, Anouilh sous la direction d'Antoine Vitez, Claude Régy, Luc Bondy, Michaël Lonsdale, Olivier Werner. Récemment, elle a joué dans Le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare (mise en scène de Yannis Kokkos), Les Revenants de Henrik Ibsen (mise en scène de Olivier Werner), Ardele ou la Marguerite de Jean Anouilh (mise en scène de Pierre Franck). Edith Scob a aussi réalisé plusieurs mises en scène, notamment Le gars de Marina Tsétaéva (Festival d'Avignon, Maison de la Poésie), Où vas-tu Jérémie? (Festival d'Avignon, Théâtre Gérard Philipe), Habitations de Philippe Minyana (Théâtre Ouvert). Elle fait ses débuts au cinéma dans les films de Georges Franju (Les yeux sans visage, Judex, Thérèse Desqueyroux) et a également tourné avec Julien Duvivier, Luis Buñuel, Jacques Rivette, Pedro Costa, Gabriel Aghion, Michel Soutter. Récemment, on a pu la voir dans Le Temps retrouvé de Raul Ruiz, La Fidélité de Andrzej Zulawski, Vénus Beauté de Tonie Marshall, Le Pacte des loups de Christopher Ganz, L'Homme du train de Patrice Leconte ou Bon voyage de Jean-Paul Rappeneau. A la télévision, elle a tourné entre autres dans Jeanne au bûcher, La jeune fille Violaine d'après Claudel, La poupée sanglante d'après Gaston Leroux, Les Duettistes de Granier-Deferre.

Pierre Vaneck (Voss) Pierre Vaneck a débuté au théâtre sous la direction de Jean Mercure (Sud de Julien Green), Albert Camus (Les Possédés de Dostoïevski), Jean-Louis Barrault (Jules Cesar de Shakespeare). Il a travaillé sous la direction de metteurs en scène comme Jean Vilar (La Guerre de Troie n'aura pas lieu de Giraudoux), Marcelle Tassencourt (Le Long voyage vers la nuit d'Eugène O'Neill; Le Cid de Corneille; Le Misanthrope de Molière; Andromaque de Racine), Robert Hossein (La Chaire de l'Orchidée de James Hadley Chaise), Georges Wilson (Luther de John Osborne, Hamlet de Shakespeare), Andreas Voutsinas (La nuit de l'iguane de Tenessee Williams, Les Exilés de James Joyce, Le Secret d'André Bernstein), Patrice Kerbrat (Passions secrètes de Jean-Pierre Amette, La Fonction de Jean-Marie Besset, La Traversée de l'hiver, Art de Yasmina Reza, spectacle pour lequel il a été nominé pour le Molière du meilleur comédien), Alfredo Arias (La Ronde d'Arthur Schnitzler). Récemment, il a joué dans Copenhague de Michael Frayn (mise en scène de Michael Blakemore) et Hysteria de Terry Johnson (mise en scène de John Malkovitch). Pour la télévision, Pierre Vaneck a travaillé aux côtés de Pierre Cardinal, Claude Santelli, Jean-Claude Brialy, Philomène Esposito, Jean-Michel Ribes, Robert Enrico.

Jean Kalman, décor Jean Kalman a travaillé en étroite collaboration avec Peter Brook (La Cerisaie, Le Mahabharata, Wozza Albert, La Tempête…) et Pierre Audi (L'Incoronazione di Poppea, Orfeo, La Bohême, Die Zauberflöte…). Il a conçu les lumières des mises en scène de Déborha Warner (Le Roi Lear, Hedda Gabler, Wozzeck, Don Giovanni), Robert Carsen (Turandot, La Bohème, Madame Butterfly, Eugène Onéguine…). Parralèlement Jean Kalman a collaboré, entre autres, avec Christian Boltanski (Winterreise, Les Belles endormies), Karel Appel, Georg Baseliezt et Heiner Goebbels. Pour Hans Peter Cloos, il a signé les éclairages de Die Dreigroschen Oper (Brecht/Weill), Purgatoires à Ingolstadt (M.L Pleisser), Mercedes (T. Brasch), Othello, Richard III et Roméo et Juliette (Shakespeare), Le Malade imaginaire, Euryanthe, Lulu.

Marie Pawlostky, costumes Marie Pawlostky a conçu des costumes pour les spectacles suivant: Les Chants de Maldoror (Théâtre Paris-Villette), Cabaret Valentin de Karl Valentin et Lulu de Wedekind (Théâtre National de Chaillot), Une Lune pour les déshérités d'Eugène O'Neill (Théâtre d'Ivry), Salinger de Koltès (Théâtre de la Ville), La Cambiale di matrimonio de Rossini, (Opéra de Lyon), Sportstück de Jelinek (Opéra de Bern), Winterreise de Schubert (Opéra Comique), Elektra (StaatsOper de Mönchengladbach), Cabaret Schönberg (Opéra de Bordeaux).

Elsa Ejchenrand, décor Après des études de scénographie à l'Ecole Supérieure des Arts et techniques, elle a notamment travaillé avec Carlo Tommasi, Laurent Peduzzi (1992-1994) et Bernard Michel dans Camera Obscura, (chorégraphie de Roland Petit, Opéra Garnier), La Damnation de Faust, (mise en scène de Louis Erlo à l'Opéra de Lyon) et Carmen (Opéra Comique). Elle a également crée la maquette de Don Carlos, (mise en scène de Luc Bondy, Théâtre du Châtelet) d'Aïda et de Don Giovanni, mise en scène de Klaus-Michael Grüber, Opéra d'Amsterdam (2000). Depuis 1998, elle travaille avec l'éclairagiste et scénographe Jean Kalman notamment sur Lulu, (mise en scène de Hans Peter Cloos, Théâtre National de Chaillot). Plus récemment, elle a crée les décors de La Nuit Blanche (mise en scène de Gilberte Tsaï, C.D.N de Montreuil), Un Re in Ascolto, (mise en scène de Philippe Arlaud (Opéra de Genève) et le Cabaret Schoënberg, mise en scène de Hans Peter Cloos à la Cartoucherie de Vincennes.

Rendez-vous

Carte Blanche à Edith Scob • mardi 18 mars, 19h Projection de courts-métrages de Georges Franju suivie d'une rencontre avec Edith Scob. Forum des Images, Forum des Halles, Portes Saint-Eustache - Entrée libre

Débat - rencontre • Samedi 29 mars, 16h Présentation publique des spectacles Septembre blanc (The Mercy Seat) de Neil Labute et RitterDeneVoss (Déjeuner chez Wittgenstein) de Thomas Bernhard. En présence des metteurs en scène Claude Baqué et Hans Peter Cloos. Grande salle. Entrée libre.

Concert • Samedi 12 avril, 16h La Symphonie héroïque, de Beethoven à Bernhard Ludwig von Beethoven : Symphonie n°3 "Héroïque" • György Ligeti : Miniatures Orchestre OstinatO - direction : Olivier Dejours Grande salle - Entrée libre

Projection - débat • lundi 14 avril, 20h30 Wittgenstein, un film de Derek Jarman Rencontre avec Hans - Peter Cloos, Anne Ubersfeld, Rudolf Rach MK2 Hautefeuille, 7 rue Hautefeuille, 75006 Paris

Débat • Mercredi 16 avril, 17h Rencontre avec Hans Peter Cloos et l'équipe artistique du spectacle. Fnac Saint-Lazare, Passage du Havre 75009 Paris - Entrée libre


top