à travers des lectures croisées (extraits de la pièce…" />
18 jun
2003
Théâtre

Léa(h)

Léa(h) La Compagnie Courants d'Ere

Mercredi, 18 juin 2003 à 17h30 au Consulat Général d'Autriche à Strasbourg

Pierre-Jérôme Adjedj et Nina Gustaedt vous dévoileront les secrets de "Léa(h)", un texte mis en scène en mai 2003, à travers des lectures croisées (extraits de la pièce et extraits de texttes contemporains)

Mise en scène et jeu

Pierre-Jérôme Adjedj mise en scène / Regisseur

Auteur, adaptateur et metteur en scène, il est occasionnellement comédien. Co-fondateur de la Compagnie Courants d'Ère, comédien. Co-fondateur de la Compagnie Courants d'Ère, Pierre-Jérôme Adjedj, 32 ans, se tourne vers le théâtre après des premières expériences cinématographiques. Depuis 1994, les mises en scène de textes contemporains (Pinter, Pirandello…), les créations d'ateliers (« la Chute des corps »…) et les adaptations (« La Pitié Dangereuse » de Stefan Zweig) le pousse à relever un nouveau défi : l'écriture et la mise en scène de « Léa(h) » en 2003. « Qu'est-ce que « Léa(h) », sinon une pièce qui nous fait passer du mauvais « côté », celui des perdants, qui nous déporte en un endroit sans confort, sans bonne conscience et sans politiquement correct ; cet endroit où l'on se voit sommé de réfl échir en dehors de la sphère de nos intérêts particuliers, le seul endroit pour un humanisme possible. »

Nina Gustaedt dans le rôle de Léa(h)

Comédienne, auteur et metteur en scène, Nina Gustaedt a 27 ans. En 1994, jeune étudiante en Arts du spectacle, elle décide de fonder, aux côtés de Pierre-Jérôme Adjedj, la compagnie Courants d'Ère. Depuis, cette comédienne professionnelle a Courants d'Ère. Depuis, cette comédienne professionnelle a joué dans l'ensemble des pièces présentées par la compagnie (« L'Ombre portée », « La Pitié dangereuse »…). En 1999, elle écrit et met en scène « La Mélodie d'Anao » un spectacle jeune public. En 2003, elle mêle son écriture à celle de Pierre-Jérôme Adjedj, et, ensemble, ils donnent vie à « Léa(h) » dont elle est l'interprète. « Quand ma mère est morte, j'avais onze ans. En grandissant, je suis devenue ma mère ; j'ai comblé peu à peu la part manquante, mon père a surmonté son chagrin et la joie est revenue. Quand mon père a eu des ennuis, je 'ai plus su qui était ma mère, et j'ai dû chercher qui j'étais. »

Jean-Yves André dans le rôle du Père

Ce comédien de 46 ans, formé au Cours Perimony, a suivi plusieurs stages, notamment avec Matthew Jocelyn (La Filature, Mulhouse) et Bruce Myers (Compagnie Peter Brook). Il a joué dans de nombreuses pièces du répertoire classique («Le Cid», «Henri IV», «Don Juan», «Le Malade imaginaire», …) sous la direction de metteurs en scène tels que Jacques Mauclair, Florence d'Helcy, Jacques Bachelier. Lui-même a assisté Jacques Mauclair et Georges Wilson dans la mise en scène de créations présentées au Petit Odéon et au Théâtre de l'Œuvre. Il intervient dans des ateliers de pratique théâtrale, en milieu scolaire. « Est-il possible que je sois à la fois criminel devant vous et innocent devant les miens ? S'il faut absolument punir, n'est-ce pas assez cher payé que mon enfant soit née coupable ? »

La Compagnie Courants d'Ère

La compagnie Courants d'Ère a été fondée en 1994 par Pierre-Jérôme Adjedj et Nina Gustaedt. En résidence au Théâtre La Piscine de Châtenay-Malabry (anciennement Théâtre du Campagnol / Centre Dramatique National), elle a réalisé deux créations : « Le Zoo des petites menaces » et « L'Ombre portée ». En 1997, la troupe décide de quitter l'Ile de France, afi n de développer un projet artistique complet et autonome. La compagnie s'installe à Strasbourg en 1999. Le premier travail présenté en Alsace est la création de « Six Personnages en quête d'auteur » de Luigi Pirandello. Viennent ensuite « La Mélodie d'Anao » spectacle jeune public créé en octobre 1999, puis « La Chute des corps » créé en mai 2000. En 2001, la création de « La Pitié Dangereuse » adaptation du roman de Stefan Zweig, coproduite par l'Illiade, marque le début d'une reconnaissance institutionnelle élargie. Pour la première fois, la compagnie part en tournée à travers la France au cours de la saison 2002/2003. Parallèlement à son activité de création, Courants d'Ere mène depuis 1999 de nombreux ateliers et stages en direction des amateurs, des enfants aux adultes. Prochainement, ces activités seront complétées par des stages de formation à destination des professionnels.

Léa(h) est une histoire de prisons. Les personnages de ce huis clos sont tous prisonniers de l'Histoire, de leur histoire. Les parcours se croisent, les langues se délient, les fantômes rôdent dans l'Allemagne des années 1960. Léa(h), 21 ans, orpheline de mère, vit avec son père, un ouvrier de 48 ans. Celui-ci est jugé pour sa participation aux crimes de la seconde guerre mondiale. Dans l'attente du verdict au tribunal, Léa(h) ne parvient pas à trouver l'élément qui, vis-à-vis de ses parents, pourrait refermer la plaie que le passé vient d'ouvrir. Elle est prisonnière, malgré elle, de sa filiation, de son image intérieure, du regard des autres. Léa(h) est un texte contemporain, une réflexion commune entre Pierre-Jérôme Adjedj et Nina Gustaedt. Les fondateurs de Courants d'Ère se livrent ici à un nouvel exercice: l'écriture d'une œuvre originale. Elle vise à apporter une réelle singularité à la compagnie. Travailler à partir d'un texte original donne une nouvelle impulsion à la recherche artistique, menée depuis 1994, sur l'émergence du sens à travers le mouvement. Pour « Léa(h) », la scène se libère de toute figuration, et de toute illustration, au profi t du sens symbolique. En 2003, après une étape strasbourgeoise, Courants d'Ère envisage de poursuivre l'aventure théâtrale autour de « Léa(h) ». Une double résidence, franco-allemande, sera l'occasion de partager des parcours individuels qui, un à un, nous ouvriront la porte de la grande Histoire.

Consulat Général d'Autriche à Strasbourg 29, avenue de la Paix Strasbourg En raison du caractère intimiste de cette rencontre, nous vous remercions de confirmer votre venue au 03 88 36 15 33 ou par mail à (Nombre de places limité, donc reservation indispensable!)


top