11 mar
2003
Théâtre

"Les amantes" d'Elfriede Jelinek

Les Amantes

théâtre-récit de Joël Jouanneau d'après le roman d'Elfriede Jelinek mise en scène Joël Jouanneau

du 10 mars au 4 avril 2003

Théâtre ouvert Jardin d'hiver 4 bis cité Véron 75018 Paris Tél: 01 42 55 74 40

du 10 mars au 4 avril 2003 du mercredi au samedi à 20h30 le mardi à 19h matinée le samedi à 16h relâche les dimanches et lundis traduction de Yasmin Hoffmann et Maryvonne Litaize

décor : Jacques Gabel costumes : Patrice Cauchetier lumières : Franck Thévenon assistante à la mise en scène : Pilou Rieunaud

avec Fabrice Bénard Stéphanie Chuat Yves Jenny Véronique Reymond Christelle Tual

Réservations : 01 42 62 59 49 Plein tarif : 20 € Tarifs réduits : 13 €*, 10 €** *collectivités, groupe à partir de 8 personnes, + de 60 ans, demandeurs d'emploi, habitants du 18 ème arrdt. ** jeunes de moins de 26 ans, étudiants.

Production : Théâtre Ouvert / CDN de Sartrouville / Théâtre Vidy-Lausanne et Théâtre Le Poche-Genève

Chers amis du forum culturel autrichien

En partenariat avec le Théâtre Ouvert, j'ai le plaisir de vous inviter à une représentation spéciale de la pièce 'Les Amantes", théâtre-récit de JoeI Jouanneau, d'après le roman d'Elfriede Jelinek.

Je pense qu'aussi bien Jelinek, qui depuis le film de Haneke 'La Pianiste', est définitivement une référence en France, que Jouanneau, metteur en scène de renom, vous sont familiers.

J'ai pensé qu'il serait intéressant de nous retrouver autour de cette pièce, choisissant une date spécifique. Le Théâtre Ouvert a donc réservé la date du 27 mars pour nous.

Si vous pouviez-venir, je vous demanderais de bien vouloir réserver directement auprès du théâtre, en précisant que vous téléphonez en tant qu'adhérent du forum culturel autrichien, afin de bénéficier du tarif préférentiel de 10 €.

Stephan Vavrik, directeur

Les Amantes

La vie de deux jeunes femmes, ouvrières sans formation, qui n'ont pour toute destinée que l'univers des hommes. En quête d'avenir, elles n'envisagent que l'idylle amoureuse et le mariage comme issue. Elles vont découvrir la lutte des classes dans les plaisirs domestiques.

«Au pays de Sissi impératrice, Elfriede Jelinek pastiche le roman-photo et la collection Harlequin, préférant visiblement le bleu sombre à l'eau de rose. Dans ce qui est dit, rien que l'on ne sache déjà. Mais c'est la manière, et ici elle est tout. On le sait dès les premiers mots. On sait que c'est une comédie du pire qui est en place, on n'y échappera pas. On est dans le cyclone. Une fois à l'intérieur, on sait qu'il faudra être dans l'œil, au mot fin, pour retrouver le calme. Ce ne sera en rien une tragédie ou alors une vraie, de celles qui font rire aux éclats.» Joël Jouanneau

Elfriede Jelinek est née en 1946 en Styrie (Autriche). Sa mère est issue de la haute bourgeoisie viennoise et catholique, alors que son père - d'origine juive et tchèque, ingénieur et autodidacte - provient d'un milieu pauvre mais cultivé. Sa mère, dès l'enfance, la destine à la musique; elle entre à quatre ans dans une institution religieuse de Vienne pour apprendre la danse classique, le français et la musique. Elle obtient son diplôme de fin d'études à l'orgue, mais ne termine pas ses études d'histoire de l'art et de théâtre à l'université de Vienne. Très tôt elle se tourne vers le langage parce que, dit-elle, sa mère ne l'y a pas poussée!

Elle écrit des poèmes, publiés d'abord dans la plus importante revue d'avant-garde autrichienne, Protokolle. Elle écrit également pour la radio et reçoit un premier prix littéraire. Son premier roman (1970) Wir sind lockvögel, baby s'organise autour de la littérature à deux sous et la bande dessinée. Elle publie Michael en 1972, Les Amantes en 1975, Les Exclus en 1980, roman qui s'inspire d'un fait divers qui épouvanta l'Autriche (dans les années cinquante, quatre adolescents s'associent pour commettre des actes de cruauté gratuite, l'un d'eux assassine sauvagement toute sa famille). Ce roman dénonce une société qui, pressée d'oublier son passé et refusant d'exorciser ses démons, condamne ses enfants à reproduire la monstruosité de leurs pères. En 1983, elle publie La Pianiste qui provoque le scandale en Autriche, et qui est sa première œuvre publiée en français. Elle y dénonce les milieux musicaux viennois : « je voulais montrer avant tout combien sonne creux toute cette haute culture musicale autrichienne qui donne au pays une bonne part de son identité. Il s'agit d'un énorme mensonge: l'Autriche n'a pas aimé ses compositeurs, Schubert entre autres». Son roman suivant, Lust paru en 1989 ne provoque pas moins le scandale: «Lust est le livre que j'ai toujours voulu écrire. Un texte de pornographie féminine, une sorte d'anti Histoire de l'œil de Georges Bataille et inspiré également des écrits de Sade».

Également auteur de pièces de théâtre (Ce qui arriva quand Nora quitta son mari, Clara S., Au pays des nuées, Relais d'autoroute ou cosi fan tutte …) Elfriede Jelinek s'inscrit dans la tradition littéraire autrichienne aux côtés des grands polémistes que sont Karl Kraus ou Thomas Bernhard. Elle a été traitée de pornographe, de traître à sa patrie, a reçu des menaces et été traînée dans la boue. Auteur reconnu, honorée par de nombreux prix littéraires dont le prix Heinrich Böll, elle ne cesse d'être marginalisée. On jette l'anathème sur sa personne autant que sur toute son œuvre. Pourtant, femme de toutes les divergences, elle persiste à démontrer l'engrenage économie /sexualité /discrimination /racisme. Et elle se sert du langage des hommes pour le détourner, pour y introduire son regard de femme - envers et contre tous les extrémismes.

Joël Jouanneau, de 1970 à 1984 avec le collectif du Grand luxe, a mis en scène Genet, Pinter, Fassbinder, Gombrowicz, Borges, Artaud.

1995 - Il met en scène Compagnie, Fin de partie de Samuel Beckett. Il adapte et met en scène L'Idiot de Dostoïevski.

1996 - Il met en scène Allegria Opus 147, sa pièce pour alto, piano et homme seul. Il reçoit pour ce spectacle le prix de la meilleure création décerné par le Syndicat Professionnel de la Critique Dramatique et Musicale. Il met en scène Lève toi et marche de Dostoïevski.

1997 - Il met en scène Les Reines de Normand Chaurette. Il est coordinateur artistique de Odyssée 78 / Heyoka (première biennale de création théâtrale pour la jeunesse). Á cette occasion, il met en scène sa pièce La Main bleue et Monparnasse reçoit d'Yves Ravey.

1998 - Il met en scène Rimmel de Jacques Serena à Théâtre Ouvert et reprend La Main bleue.

1998-1999 - Il met en scène Coriolan de Shakespeare à l'occasion de la réouverture après travaux du Théâtre de l'Athénée et, avec Serge Tranvouez sa pièce Gauche uppercut. Puis Pit-bull de Lionel Spycher dans le cadre d'un projet «Avoir 20 ans dans les cités» au TGP de Saint-Denis. Il adapte le Roi Lear pour les enfants dans une mise en scène de Cécile Garcia-Fogel pour la deuxième édition d'Odyssée 78. Il met en scène Les Dingues de Knoxville.

1999-2000 - Il reprend au Théâtre Vidy-Lausanne J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne de Jean-Luc Lagarce, pièce créée à Théâtre Ouvert, et met en scène Juste la fin du monde du même auteur.

2001 - Gouaches et Velvette de Jacques Serena à Théâtre Ouvert. Le pays lointain / Traversée, de Jean-Luc Lagarce, à Théâtre Ouvert également.

Fabrice Bénard a suivi sa formation de comédien à l'École Supérieure du Théâtre National de Strasbourg, promotion 1993. Il a notamment joué sous les directions de : Jean-Marie Villégier, Alphée d'Alexandre Hardy (1992) ; Daniel Girard, Baal de Bertolt Brecht (1993) ; Brigitte Foray, Yerma de Federico Garcia Lorca (1994) ; Jean Lacornerie, Phèdre de Racine (1996) ; Margarita Mladenova et Ivan Dobtchev, la Cerisaie de Tchekhov également en 1996. Il a travaillé avec Joël Jouanneau à plusieurs reprises: Ingeborg d'après Botho Strauss et l'Institut Benjamenta de Robert Walser en 1993, le Rayon vert de Rohmer et Par les villages de Peter Handke en 1994, Pitt bull de Lionel Spycher en 1999, Madame on meurt ici ! 2002/2003.

Yves Jenny est diplômé de la section professionnelle d'art dramatique (1983-1987). Il débute au théâtre sous la direction de Jean-Paul Roussillon dans L'Avare de Molière au Théâtre de Carouge en 1987. Il travaille assez régulièrement avec Séverine Bujard au Théâtre de Carouge (1989-1991), Gisèle Sallin au Théâtre des Osses (1989-1993) et avec Joël Jouanneau : L'Institut Benjamenta d'après Robert Walser, le Rayon vert d'Éric Rohmer, Par les villages de Peter Handke, Allegria opus 147 de J. Jouanneau, Coriolan de Shakespeare. Il travaille également avec Jacques Maître, Nicolas Rossier, Martine Charlet, Anne Dumas… En 1999, il fonde avec Daniel Perrin, Lee Maddeford et Roland Vouilloz la compagnie de l'Œillade pour le spectacle Les Tribus modernes. Récemment, il a travaillé avec Anne Vouilloz et Joseph Vœffray dans La Coupure du monde, suivi de Nous ne somme pas des anges de Philippe Lûscher…

Stéphanie Chuat a suivi des stages, notamment au Conservatoire de Lausanne, à l'École Dimitri, auprès de Claude Régy, Andréï Serban, Sotigui Kouyaté… Elle a joué, entre autres avec Dominique Catton, Le Journal d'Anne Franck ; Christa von Treskow, Le Mendiant ou le chien mort de Brecht ; Bernard Meister, Le Mandal de Erdmann ; François Marin, La Vénus des lavabos d'Amodovar… Depuis 1991, elle forme un duo théâtral et musical avec Véronique Reymond, pour Noces burlesques, Swiss dreams, Mémé, Jardin public… Véronique Reymond a suivi les stages du Conservatoire de Lausanne, de l'École Dimitri et auprès de Maurice Bénichou, Anatoli Vassiliev, Claude Régy… Elle joue sous les directions de, entre autres: Denis Maillefer, Passage du poète et Chant de Pâques de Ramuz, Hall de nuit de Chantal Ackermann ; Pierre Bauer, la Nuit des rois de Shakespeare ; Christa von Treskow, Le Mendiant ou le chien mort de Brecht; Joël Jouanneau, L'Idiot de Dostoïevski; François Marin, La Septième vallée de Probst, L'Apothéose secrète de Cormann; Gianni Schneider, La Vénus des lavabos d'Almodovar… Avec Stéphanie Chuat, avec laquelle elle forme un duo, elle reçoit le prix SSA d'encouragement à l'écriture de scénarios en 1999. En 2000, elle reçoit ce même prix pour le soutien à l'écriture théâtrale pour Et la vie continue, comédie en trois actes.

Christelle Tual a terminé son apprentissage de comédienne à l'École supérieure du Théâtre National de Strasbourg, après être passée par le Conservatoire d'Art Dramatique de Bretagne et le cours Jean Périmony. Elle a joué dans Caligula d'Albert Camus, sous la direction de Yves Le Guillochet; Nouvelles d'après Anton Tchekhov, mise en scène Anton Kouznetsov; Le Jardin à la dérive, mise en scène Philippe Berling; La Colonie de Marivaux, mise en scène Jean-Marie Villégier ; Cabaret chaosmique de et par Enzo Cormann; Les Petites tragédies de Pouchkine, mise en scène Anton Kouznetsov; Quai Ouest de Bernard-Marie Koltès, mise en scène Élisabeth Chailloux ; Au bois lacté de Dylan Thomas, mise en scène Xavier Marchand… Joël Jouanneau l'a dirigée dans : Lève toi et marche d'après Dostoïevski, Rimmel et Gouaches de Jacques Serena à Théâtre Ouvert, Madame on meurt ici! de Louis-Charles Sirjacq…

Critique:http://www.lefigaro.com/culture/20030318.FIG0094.html


top