Newsletter / Programme papier

    Je souhaite m'abonner à la newsletter électronique

    mercredi 17.04.24

    Friedericke Mayröcker

    Scardanelli

    Découvrez notre nouvelle série Poème hebodmadaire sur nos réseaux de social media qui présente – tous les mardi – un nouveau poème pour apporter de la poésie dans vos maisons!
    Poèmes hebdomadaires // Friedericke Mayröcker 
    Lisez le poème sur notre page instagram!
    📝 Poèmes hebdomadaires // Friedericke Mayröcker
     
    Friederike Mayröcker, née en 1924 a Vienne, est considérée comme la plus grande poète autrichienne de sa génération. Poète inclassable, atypique et secrète, son écriture foisonne selon un flux indomptable qui puise son énergie et son imaginaire dans la nature de son enfance. Réputée pour la polyvalence et l’expérimentation dans son écriture, elle rédige ses premiers poèmes à l’âge de 15 ans.
    Le poème « avec Scardanelli» figure dans le recueil de poème « Scardanelli» (5eme livre de l’auteur traduit en français) dans lequel la poétesse rend hommage au grand écrivain Friedrich Hölderlin dont nous fêtons les 250 ans de sa naissance cette année.
    Entre janvier et septembre 2008, Friederike Mayröcker a écrit 40 dans lesquels elle suit le ton hymnique et la liberté rythmique de Friedrich Hölderlin.
    Le titre est le nom énigmatique sous lequel Hölderlin a signé ses poèmes de 1839 à sa mort, soit dans une période dite de la folie. Tous les textes sont datés (du 06/06/89 au 05/09/08) et on trouve évidemment dans ce journal intime atypique de multiples éléments liés à Hölderlin / Scardanelli, ces jeux d’échos étant mis en relief dans la postface de Marcel Beyer : il en est ainsi des fleurs (tout particulièrement les violettes) dont sont évoquées non seulement les qualités visuelles et olfactives mais aussi les vertus médicinales (auxquelles Hölderlin eut recours) et, au-delà, d’une nature qui redonne des forces autant qu’elle rend sensible la solitude. (Bruno Fern, remue.net)
    L’autre axe du livre : un tissage intérieur poétique avec l’œuvre de Hölderlin pour dire en toute pudeur le manque que provoquent le deuil et la douleur éprouvée par l’auteure lors de la mort de son compagnon Ernst Jandl. (Jean-Pascal Dubost). Les poèmes sont traduits par Lucie Taïeb, elle –même poète, et traductrice. Elle est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Brest et a écrit plusieurs ouvrages.

    Info pratique

    mercredi 17.04.24

    mer